Des grives aux merles

Des grives aux merles

Origine des noms de grives et de merles.

Origine du nom "grive":

Aux origines des mots, des noms vernaculaires (mots employés seulement à l'intérieur d'une communauté, en général réduite).

Le nom de la grive n'a pas d'étymologie sûre.

Grive serait le féminin de l'ancien français griu, « grec », c'est-à-dire l'oiseau de la Grèce, la grive étant un oiseau migrateur qu'aux approches de l'hiver on voyait s'éloigner en direction de l'Orient. 

(C'est pour une raison analogue que les Vénitiens ont nommé l'hirondelle cipriote.)

Çà, c'est la première explication. Il en existe une seconde:

On a supposé que cet oiseau avait été dénommé d'après son cri. C'est un fait assez fréquent. Ainsi la plupart des langues européennes donnent au coucou un nom qui évoque son cri. Parfois le caractère onomatopéique de ces noms s'est effacé au cours des temps. Ainsi pigeon n'est nullement évocateur, alors que son ancêtre latin, pipio, rappelait le pépiement de l'oiseau. Huppe n'a guère retenu du caractère expressif du latin upupa.

 

 

Mauvis:

Mauvis a été confondu, un temps avec mauviette (alouette).

Le Dictionnaire de l'Académie, édition de 1778, donne : « MAUVIS, petite espèce de grive, la meilleure de toutes à manger. »

 

 

Merle:

Le nom du merle vient du latin merula. Le mot latin était féminin, et merle a conservé ce genre en ancien français et dans beaucoup de patois de l'Est de la France. On voit mal pourquoi il est passé au masculin

Le merle est un oiseau siffleur. De là l'expression « siffler comme un merle ». D'autre part, le plumage du merle est normalement noir. On appelle ironiquement merle blanc un personnage doué de qualités exceptionnelles

Une trace de l'ancien genre féminin se trouve dans le diminutif féminin merlette, qui désigne, dans la langue du blason, un oiseau représenté schématiquement.

Au contraire, on dit « connu comme le loup blanc ». Le loup blanc est un vieux loup, dont le poil a blanchi et que les bergers ont fini par connaître à cause des ravages qu'il a fait parmi leurs troupeaux.

 

Faute de grives, on mange des merles:

Ce proverbe bien connu, qui invite à savoir se contenter de ce qu'on peut avoir, atteste combien on appréciait la chair des petits oiseaux. Ce goût, qui a disparu des grandes villes, survit encore dans certaines régions.

 

Grive et représentations dans l'esprit populaire: 

Le nom de la grive est associé à plusieurs représentations dans l'esprit populaire:

  1. La couleur de l'oiseau est à l'origine du dérivé grivelé qui se dit du mélange de gris et de brun dans un plumage.
  2. La grive passe pour un oiseau pillard. De là l'ancien verbe griveler, qui a signifié, au XVIIe siècle, « commettre des malversations ». Ce verbe a disparu. Mais le code connaît encore son dérivé grivèlerie. Le délit de grivèlerie est celui que commet une personne qui consomme dans un restaurant ou dans un café en sachant bien qu'elle n'est pas en mesure de payer. Il a été étendu aux personnes qui se font conduire en taxi dans les mêmes conditions.
  3. La grive aime picorer les raisins, au point de s'enivrer.

Elle sert de terme de comparaison dans l'expression « saoul comme une grive ». Déjà les Romains avaient remarqué cette particularité. Sur le nom latin de la grive (Iurdus, d'où l'italien et l'espagnol tordo) ils avaient fait, à l'époque tardive, un verbe exturdire, qui a donné notre verbe étourdir. Le verbe français a signifié d'abord « avoir le cerveau confus (comme une grive qui s'est gorgée de raisins) », puis « faire perdre au cerveau sa sensibilité ». Le participe étourdi est devenu adjectif et a qualifié une personne qui agit sans réfléchir et est incapable de fixer son attention.

D'autres oiseaux ont servi aussi à illustrer ce défaut de l'esprit. C'est d'abord la linotte, qui doit son nom à son goût pour la graine de lin. C'est aussi l'étourneau (du latin vulgaire sturnellus, diminutif du latin classique sturnus, qui a donné en italien storno).

La ressemblance des deux premières syllabes d'étourneau et d'étourdi a pu, sinon provoquer, du moins favoriser le développement du sens figuré d'étourneau.

 



10/12/2016
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres