Des grives aux merles

Des grives aux merles

Une matinée au poste à feu bien mal engagée...

Villeneuve-lès-Avignon, un dimanche matin de janvier, 5 h 15.

La nuit est d’un noir d’encre. La rue, déserte à cette heure, est faiblement éclairée par quelques rares lampadaires.

Je sors tout le matériel hors du garage. C’est une véritable expédition pour aller au poste à feu à Mornas.

Je vérifie :

- La toile du poste, bien roulée dans le sac à dos.

- 4 tubes en duralumin (1,75 m de long).

- 8 fers à béton (1,20 m chacun), coudés aux extrémités et emboîtés dans les tubes, ils forment la structure du poste.

- un petit sac de piquets et de cordages, pour arrimer le poste en cas de vent.

- Le toit du poste et ses 2 barres-support (imperméable, le toit).

- une caisse d’appelants (5 en tout).

- la « biasse » et le thermos de café.

- un siège pliant.

- le fusil, les cartouches, une lampe.

Bon, tout y est, aligné dans la rue, devant la maison.

Je charge à toute vitesse, il ne s’agit pas de traîner. J’ai près de 40 km à faire. Avec la traversée d’Orange il me faut environ 45 minutes pour être à pied d’œuvre avant le jour. Surtout que j’ai une autre contrainte : arriver sur les lieux avant M. Léon qui, lui aussi, convoite l’emplacement.

M. Léon, il a un gros avantage sur moi, il habite à Mondragon, c’est-à-dire à moins de 10 km de l’emplacement convoité.

Cet avantage fait aussi sa faiblesse : il ne se lève pas très tôt…A moi de faire ce qu’il faut pour arriver le premier !

Bon, ça a bien roulé. Pas de circulation à cette heure-là un dimanche matin.

Voilà, j’y suis presque. Je longe la digue, passe le pont qui franchit la lône qui joue le rôle de frontière entre le Vaucluse et le Gard. Car je suis maintenant dans le Gard. Plus exactement sur le territoire de Saint Etienne des Sorts, petite enclave rattachée à la société communale de Mornas.

Me voilà arrivé. La voiture de M. Léon n’est pas là, c’est gagné !!! Oui, mais de justesse car je vois poindre au loin les phares de mon concurrent. Apparemment, il a décidé de se lever plus tôt que d’habitude.

Nous nous saluons, échangeons quelques mots. M. Léon ira s’installer beaucoup plus loin.

Allez, au travail ! D’abord le poste. Je transporte tous les éléments sur l’emplacement choisi et je procède au montage. C’est le plus long. J’y vois mal malgré la lampe, il fait froid, j’ai les doigts gourds. La structure est enfin montée, la toile camo est fixée dessus, ne reste plus que le toit à poser.

Ça y est, c’est terminé ! Retour à la voiture. Je prends les appelants et le siège.

Accrochage des cages aux supports prévus à cet effet. C’est rapide. Le pliant dans le poste.

Il ne reste plus qu’à prendre les cartouches, la « biasse », le thermos et le fusil.

Retour à la voiture et là, là… Il y a bien la gibecière, mais le fusil, où est-il ? Pas dans le coffre, ni à l’arrière de la voiture… Putain !!! Je l’ai oublié !!! Merde de putain de merde !!! Et je revois la scène : avant de charger la voiture je l’ai appuyé contre le muret devant la maison. Dans la rue. Il est resté dans la rue !!! N’importe qui peut s’en emparer.

Vite, il me faut retourner. Je ne peux pas laisser les appelants seuls, ainsi, dans la nature. Allez, hop, dans la caisse et la caisse dans le coffre. Tant pis pour le poste, je n’ai pas le temps de le démonter.

Me voilà parti, roulant à tombeau ouvert sur les petites routes de Mornas.

Voilà l’entrée de l’autoroute (à l’époque, entrée à Piolenc, pas de sortie par contre) et maintenant je fonce.

Les 40 kilomètres, j’ai pas du mettre 25 minutes pour les parcourir !

Me voilà presque arrivé, dernier tournant, mon cœur bat très fort, le jour se lève à peine, il fait encore sombre… Et si quelqu’un était passé, et si on me l’avait pris, mon fusil.

Mais non, il est là où je l’avais laissé, dans son étui, appuyé contre le muret.

Ouf !!! Merci Grand Saint Hubert !!!

Vite je le mets à l’arrière. Demi-tour et je repars vers Mornas.

Circulation plus intense, sortie de l’autoroute à Orange, feux rouges… Bref, quand, je m’installe enfin dans mon poste il fait grand jour et ce matin-là, je ne tirerai pas la moindre grive.

Mais comme on dit, cela me fera un souvenir et désormais je serai vraiment beaucoup plus attentif au chargement...

 

RG

 

Février 1999 mon poste portable BD.jpg
Mon poste en toile

 

<<<==>>>

 

 



01/05/2019
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres