Des grives aux merles

Des grives aux merles

LA CHASSE AUX GRIVES EN PROVENCE , G. Plat (1971)

Le texte ci-dessous, est un extrait du Courrier scientifique du Parc Naturel Régional et de la Réserve de Biosphère Luberon-Lure (n° 10-2011). L’auteur, Gilbert PLAT, était le Président-fondateur du PNR

RG

Lorsque l’âge vous gagne, que vos jambes ne vous permettent plus de longues marches à travers la campagne, vous pouvez encore chasser la grive: « au poste »,à la « cabane » comme on dit chez nous. Il faut effectivement en construire une, à proximité d’un ou plusieurs arbres sur lesquels viendront se poser, si vous avez un peu de chance, les « siffleuses » et les « tchatchas ». Pour les attirer, vous pouvez utiliser la complicité de plusieurs appelants qui sont des grives vivantes retenues dans des cages individuelles. Il s’établit un dialogue entre elles et celles qui peuplent les environs ; quelques-unes de ces dernières se laissent parfois convaincre et volent jusqu’à l’arbre maudit. Les adeptes de cette chasse prétendent que ce dialogue très varié peut s’interpréter, se comprendre, mais que l’issue ne peut pas se prévoir : c’est là l’intérêt de cette chasse. Quelques imprévus peuvent toutefois apporter un agrément supplémentaire ou un désagrément. C’est le cas pour ce chasseur qui, depuis la pointe du jour est installé inconfortablement dans sa cabane ; il a déjà mangé son casse-croûte et fumé plus d’une cigarette. Ces appelants se sont tus, il commence à s’impatienter et ne surveille plus la cime du grand chêne. Pourtant un froissement d’ailes et la vision d’une ombre lui rappellent qu’il est à la chasse… Droite et fière, relevant la queue par petits coups secs, comme pour mieux assurer son équilibre, une magnifique siffleuse détache sa fine silhouette brune dans la grisaille du ciel de décembre ; elle a choisi comme perchoir la brindille plus haute. Les petits traîtres dans leur cage ont repris leur concert interrompu sèchement par le coup de feu. La pauvre Mauvis, les ailes désunies par la mort, chute de branche en branche jusqu’à une fourche qui la retient par la tête, elle reste pendue. Le chasseur ne quitte pas son poste car une autre grive est peut-être sur le point de venir se poser, il risquerait de l’effrayer ; il décide qu’avec l’aide d’une gaule il parviendra à récupérer son gibier avant de s’en aller. Pendant qu’il fait ce calcul, au-dessus de l’arbre, un corbeau décrit des cercles de plus en plus petits à des niveaux de plus en plus bas jusqu’à toucher les branches ; lourdement sur l’une d’elles, il se pose et attend, pour replier complément ses ailes, la fin de son balancement. Il est à deux mètres environ de la grive. C’est alors que commence une longue période d’observation: entre le corbeau et la grive, entre le chasseur et le corbeau.
On pourrait imaginer un dialogue semblable à celui que La Fontaine nous apprit à l’école communale dans sa fable : « le corbeau et le renard ». Ce qu’il advint vous l’avez deviné. Le corbeau avait bien calculé son coup, en moins de temps qu’il faut pour le dire, il s’empare de la grive morte et s’enfuit à la stupéfaction du chasseur qui reste sans réflexe. C’est la réhabilitation à nos yeux de cet oiseau qui, en cette circonstance, fut plus rusé que notre ami.
Une autre fois, il s’agit encore d’un amateur du poste, il a passé toute sa matinée comme dans un cachot. À chaque instant, il veut partir mais toujours quelque chose le retient : c’est peut-être maintenant que je vais réussir pense-t-il ! Mais non, toujours rien. Brusquement, un coup de feu claque à l’extérieur, une gerbe de plombs crépite contre les tôles et les planches, toute la cabane est secouée. Pris de panique, le chasseur crie et se jette en vociférant hors de son abri. C’est alors qu’un autre chasseur penaud et confus à la fois se montre, s’approche et constate sa mésaventure : il vient de tirer sur une grive, mais sur l’un des appelants prisonniers dans sa cage…



06/09/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres