Des grives aux merles

Des grives aux merles

Fusils et cartouches au poste à feu.

Le texte suivant est une traduction d’une partie d’un excellent article de Luca Gironi paru dans le magazine italien Caccia+.

Cet article, intitulé « Tordi e merli, un amore infinito » (http://www.soggiamangimi.com/doc/articolo1.pdf), comportait un encadré (Fucili e Cartucce) susceptible d’intéresser les chasseurs au poste à feu, amateurs d’armes de petits calibres.

RG

 

Le tir au poste au posé ne présente pas de difficultés particulières. Il suffit seulement d’avoir un minimum de connaissances dans le choix des armes et des munitions. Les tirs sont, en général, effectués à des distances connues et après une préparation adéquate du site éliminant la plupart des obstacles. Alors, où se trouve la difficulté ?  Et bien, dirais-je, dans le choix du calibre et des munitions les plus adaptés pour abattre le gibier de la façon la moins bruyante et la plus propre possible. C’est pourquoi, l’armement normal d’un chasseur au poste  comporte l’emploi de divers calibres correspondant à la distance à laquelle se trouve le gibier et à l’importance  de la végétation pouvant protéger la proie.

En général, les chasseurs utilisent  des armes « combinées », genre superposés à 2 canons de calibres différents. Les plus populaires étant les calibres .410, 28, 20 et 12.

En combinant ces calibres, il est possible de couvrir  toutes les situations possibles.

Certes, ce ne sont pas les seuls calibres utilisés, beaucoup de chasseurs au poste font usage du 8 « Flobert » et du 24.

Le premier de ces calibres est destiné aux tirs à très courte distance, inférieurs à 10 mètres, il permet de ne pas abimer le gibier, même avec des tirs vraiment très proches.

Le second est le calibre des fusils de poste d’autrefois,  calibre « médian », ni petit ni gros, il permettait des tirs à courte, moyenne et longue portée.

Maintenant, comme je l’ai dit précédemment, la vogue est à des calibres plus conventionnels, surtout en 28 et en .410

Les fusils de ce type permettent de couvrir pratiquement tous les cas de figure possibles dans ce mode de chasse.

Et ceci, parce que la mode durable des petits calibres a mis à notre disposition une large gamme de cartouches destinées au tir des faisans, des bécasses, voire même des oies, qui, associées aux charges traditionnelles « de poste » ont donné à ces deux calibres une exhaustivité inimaginable auparavant.

En fait, si, jusqu’il y a quelques années, les charges standard du calibre 36 étaient de 10-12 grammes de plomb et celles du 28 de 16-18 grammes, sont apparus des chargements qui atteignent, respectivement 24 grammes pour le .410, version magnum du calibre 36 et 25 à 28 grammes en calibre 28.

En outre, tirant profit de l’expérience du marché américain où ces calibres sont utilisés depuis des années, il a été possible de disposer immédiatement de produits de très haute qualité.

S’agissant du .410, la dernière nouveauté est un type de munition qui a connu un important développement ces derniers temps : les cartouches dites « silencieuses ». C’est à dire des munitions qui, du fait de leurs composants spécifiques et de leur vitesse subsonique produisent une détonation à faible niveau de bruit.

Ce qui a pour conséquence de perturber au minimum les oiseaux présents dans le voisinage du poste à feu.

Mais sont- elles vraiment efficaces ? Des essais de cartouches des trois grandes firmes (N d T : firmes italiennes) : Fiocchi, Cheddite et Bornaghi ont levé tous les doutes. Ce sont des munitions stupéfiantes. La firme de Lecco (Fiocchi) propose une 18 grammes très peu bruyante et très efficace. La Cheddite, une 24 grammes qui est une vraie bombe, le gain en matière de bruit est moindre, il est vrai, mais la charge est davantage celle d’un calibre 20 que celle d’un .410. Enfin, la firme de Treviglio (Bornaghi), présente 2 produits : une 12 grammes extrêmement silencieuse et une version « musclée » de 22 grammes.

Avec ces munitions, il est possible d’effectuer des tirs à très courte distance  et des tirs qui auraient réclamé l’emploi du calibre 20, minimum.

Toutefois, il ne faut pas en demander trop quant à la portée extrême de tir, soit 25 à 30 mètres pour les charges les plus lourdes (distances vérifiées lors de nos essais, dans des conditions optimales. Les firmes retenant, elles, une portée utile de 20 mètres maximum). Privilégier le tir des animaux bien visibles, sans obstacles, même légers et en couvrant bien la cible.

Rappelez-vous que ce n’est tout de même qu’un calibre .410. 



23/12/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres