Des grives aux merles

Des grives aux merles

La chasse des grives et le vent en Provence.

    la-rose-des-vents-de-provence (Copier).jpg

 

 

L'extrait ci-dessous, paru en 2002, est tiré de Ruralia, revue de l'Association des ruralistes français, sous le titre: 

 

LE VENT, L’AGRICULTEUR ET LE CHASSEUR. CONNAISSANCES ET MAÎTRISE DU VENT EN PAYS D’ARLES.

 

L'auteure en est Marie-France Gueusquin, chargée de recherches au Centre d'ethnologie française, CNRS (1992).

Ma sélection s'est portée, naturellement, sur ce passage bien précis (passion oblige!).

J'ajoute que, pour les lecteurs férus de Provence et de ruralité, le document mérite d'être lu dans son entièreté.

RG 

<->

 

  Le cadre géographique des données analysées ici se situe au nord-ouest du département des Bouches-du-Rhône,au débouché de l'étroit couloir rhodanien d’où un vent froid venu d’entre nord et nord-ouest (le mistral) s’engouffre toute l’année et dont il s’échappe avec une violence extrême. Ce vent, dont la particularité est de s’exprimer par bourrasques, peut atteindre des vitesses s’élevant jusqu’à 230 kilomètres par heure, pointe relevée au sommet du mont Ventoux en 1941...          

 

 ... En basse Provence, le mistral est l’élément météorologique dominant. Il est présent toute l’année, en toutes les saisons. Il peut souffler trois semaines d’affilée, et n’a pas d’heure pour surgir. Il se forme toujours en matinée pour atteindre son maximum aux alentours de midi et tomber en fin de journée, il se rétablit la nuit, mais avec moins d’intensité...

 <->

 

... On le sait, le Provençal a le goût des oiseaux, et la grive fait partie du gibier le plus estimé. Elle arrive dans la région aux environs du 10 octobre. Les grives sont, avec le gibier d’eau — la Camargue n’est pas loin — des animaux très réceptifs aux aléas du vent, de ce vent qui détermine en partie les vols des oiseaux migrateurs ; de même que le froid : “un bon coup de vent de nord-est on le souhaite, ça fait descendre les canards”. La grive se chasse l’hiver, en solitaire ou à deux, selon trois méthodes : “à la haie”, “à la passée du soir” et “au poste”. Seuls les deux premiers procédés accordent au mistral un rôle favorable. La chasse dite “à la haie” consiste, le matin, pour les deux protagonistes, à se tenir de chaque côté d’une bordure de champ tout en déambulant du même pas, le plus feutré possible, de façon à pouvoir surprendre l’oiseau au moment de son envol. Considérée comme difficile, cette chasse, qui s’adresse à de bons tireurs, nécessite le mistral dès lors qu’il atténue le bruit d’approche des deux hommes. Pour la “passée du soir”, une chasse en solitaire qui prend place environ une heure avant le coucher du soleil, au moment où l’oiseau s’apprête à trouver un abri pour la nuit, quelques bons coups de vent contribuent à le faire “ monter ” moins rapidement et d’être ainsi mieux à la portée du chasseur. L’expression “monter avec le vent” signifie voler face au vent et s’adresse tant aux grives qu’aux canards, en fait à tous les migrateurs. La chasse dite “au poste” est la plus pratiquée dans la région. C’est une chasse ancienne, traditionnelle en Provence, qui implique l’emploi de petites cages de bois (une douzaine environ par chasseur) que chacun transporte “selon sa propre manière”. Chaque cage contient une grive vivante destinée à servir d’appelant. L’ensemble des cages et des appelants constituent une “batterie”, et pour le chasseur avoir “une bonne batterie” c’est posséder un nombre suffisant d’appelants. Chacun part le matin, sans chiens, “à la pointe du jour”, muni de ses cages, rejoindre son poste de tir, choisissant de préférence un temps calme, plutôt nuageux, avec un peu de gelée blanche. Le choix du lieu pour la réussite de la chasse au poste est décisif. Le premier critère avancé est, d’une façon générale, la direction et la force du vent en début de saison, puisque chacun sait que le vent influence les principaux passages de migration. On comprendra combien il est souhaitable de posséder un poste situé au carrefour de ces grandes trajectoires. La deuxième condition est de disposer d’un endroit réunissant suffisamment d’arbres pour constituer ce que l’on appelle une “cabane” *. Il est possible d’avoir plusieurs “cabanes”. En toutes saisons, le chasseur prend soin de sa “ cabane ”, il taille les arbres et les arbustes à une certaine hauteur, aménage les lieux de pause. Puis, il installe ses appelants en cercle autour des arbres en fonction de la direction du vent, quitte à les changer de place si le vent a tourné dans la nuit. Mais certains chasseurs, propriétaires de terrains adaptés, possèdent plusieurs postes : “ il y a des coins meilleurs que d’autres, moi par exemple, j’en ai un vers la Durance et un aux palunettes qui est bien abrité ; les vents ne sont jamais bons pour la chasse "au poste", on s’en accommode, mais ce n’est pas un bon jour de chasse, les oiseaux ne se posent pas aussi tranquillement et les appelants ne chantent pas ”.

Autrefois, les appelants, ces leurres vivants, étaient capturés au moyen de grands filets de plusieurs mètres de long appliqués face aux arbres, que l’on battait vigoureusement à l’aide de cannes de roseaux ; apeurés, les oiseaux se précipitaient dans le piège. Cette technique porte le nom de “ fanfare ” à cause du tohu-bohu provoqué. Apparentée au braconnage, elle est interdite depuis les années soixante-dix. Les anciens qui faisaient le filet ont d’ailleurs disparu : “ en l’espace d’une dizaine d’années les choses se sont perdues, plus personne n’est là pour montrer et comme c’est interdit... ”. La glu ** remplace désormais le filet pour prendre les appelants, mais n’est autorisée que sur une courte période de deux heures par jour. “ C’est pas compliqué, c’est un système qui s’organise avec des baguettes de bois recouvertes de glu, les gluaux, que l’on installe en équilibre sur une branche pour que, au moment où l’oiseau va se poser, clac ! il se colle. Après, avec de la cendre, on lui frotte les plumes pour le nettoyer, on ne tue jamais l’oiseau pris de cette façon, gardé vivant il nous servira d’appelant ”. Les jours de grand vent sont considérés comme néfastes. Les gluaux, secoués tombent au sol, empêchant les grives de venir s’y coller. Un autre moyen d’appâter les grives consiste à utiliser des simulacres en matière plastique achetés dans le commerce. De la même façon que pour les appelants, le chasseur fixe le simulacre “ bec au vent ”. Cette orientation est celle adoptée par tous les oiseaux qui n’aiment pas avoir leurs plumes retroussées. Cette manière de faire évite à l’oiseau convoité d’être sur ses gardes : “ on les installe le plus haut possible dans les arbres, qu’ils soient bien face au vent, qu’ils dominent l’endroit où les grives se poseront ”. L’ “appel” est ici strictement visuel, la grive, rassurée, croyant reconnaître un de ses congénères au repos, s’apprête à venir le rejoindre. L’utilisation d’un instrument (sifflet) capable d’imiter le chant des oiseaux pour mieux les attirer ne semble pas avoir cours dans la région, comme il est d’usage dans le Var ou le Vaucluse...

 


 

Notes de l'auteur:

 

* On appelle “ cabane ” un espace formé d’un groupe d’arbres taillés de façon particulière, de telle manière que chacun compose un support de verdure enchevêtrée dans lequel aucun oiseau ne puisse pénétrer ; n’offrant surtout aucune branche dénudée où ils puissent se poser en dehors des baguettes engluées. Au centre de la “ cabane ” est installé l’abri du chasseur.

 

** La glu est une substance collante qui adhère aux plumes et aux pattes des oiseaux. Elle se composait autrefois des écorces de houx et de gui. Depuis le début du siècle, la glu est un mélange d’huile de lin et de résine que l’on fait bouillir longuement. On étale la glu sur des baguettes appelées gluaux que l’on dispose aux endroits adaptés pour recevoir des oiseaux. L’origine, ou au moins la pratique, gréco-romaine de ce procédé de capture du gibier à plumes est attestée dans beaucoup d’ouvrages, notamment dans : PLUTARQUE, Vies parallèles, édition de J. Alexis Pierron, Paris, G. Flammarion, 1995, p. 243.

 

 


 

 

Lien:   http://journals.openedition.org/ruralia/300



01/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres