Actualités de Décembre 2016, Le chasseur Français: "Nouveau virus aviaire, Merles à surveiller"

Troubles neurologiques avant la mort des oiseaux: problèmes de coordination motrice, perte d'équilibre, incapacité de voler, yeux mi-clos, anorexie, plumage non entretenu, surmortalité locale.

Responsable: le virus isutu, véhiculé par des moustiques.

 

Historique:

C'est en 2001 que le virus usutu a été détecté pour la première fois à Vienne en Autriche sur un merle mort. Ce virus est originaire de l'Afrique subsaharienne et transmis par des moustiques (culex pipiens). En 2006 et 2007, le virus a également sévi  en Hongrie, Italie du Nord et en Suisse. Avec le recul, on suppose maintenant que la première grande vague d'infection avec une forte mortalité des merles a eu lieu dès 1996 en Toscane.

En 2006, c'est dans un zoo a Zurich que plus d'une centaines d'oiseaux de différentes espèces sont morts suite à une infection avec le virus.

En 2009 et 2010, 70 000 moustiques attrapés en Allemagne ont été analysés. Seul un échantillon était positif, à savoir celui de Weinheim dans le Baden-Württemberg.  

En 2011, les premiers merles morts à cause du virus sont trouvés à Mannheim (proche de Weinheim). En 2011, une véritable hécatombe a eu lieu dans le Sud-ouest de l'Allemagne.  Les analyses génétiques montrent que le virus trouvé en Hongrie, Italie du Nord et en Suisse est issu de la souche autrichienne. D'autres virus usutu, trouvés en Espagne et ailleurs en Italie sont plus proches de la souche sud-africaine.

D'autres espèces ont également succombé au virus mais le taux de mortalité n'a jamais été aussi spectaculaire que chez les merles. En 2001, à 200 km de Vienne en Autriche, on a constaté une forte mortalité chez les hirondelles rustiques. Un seul animal a pu être analysé est celui était bien porteur du virus usutu. Mais ce sont surtout les merles qui succombent et aussi les chouettes lapones (strix nebulosa). D'autres espèces d'oiseaux peuvent survivre à une infection. Il semblerait d'ailleurs que les merles peuvent développer une résistance. La population de merles à Vienne a retrouvé son équilibre en 2006 donc cinq ans après la première grande vague d'infections.

Parmi les symptômes, on peut noter une perte de plumes à la tête et au cou, de l'apathie et des pertes d'équilibre.

Armin Konrad extrapole le nombre de merles éventuellement morts en une saison d'été dans le Sud-ouest de l'Allemagne. Le chiffre pourrait se situer entre 200 000 et 400 000. Ce qui est important à retenir, c'est l'ordre de grandeur: on parle pas que de quelques milliers de merles, mais de centaines de milliers. Bien entendu, on n'a pas trouvé des centaines de milliers de merles morts car le plus souvent, les merles ne sont jamais trouvés.

En cet été 2012, on constate à nouveau une disparition massive des merles dans le Sud-ouest de l'Allemagne. Pour la première fois, le virus a été trouvé dans du sang humain. Mais chez la personne concernée,  aucun symptôme ne s'était manifesté.

Source://birgit00tollner.canalblog.com/archives/2012/09/08/25062190.html 

 

 

Et en France ?

 

Le virus de la fièvre de West Nile n’est pas le seul à toucher la France de façon exceptionnelle. Le virus Usutu sévit pour la première fois dans l’hexagone et touche les oiseaux de jardin. Toute mortalité anormale doit donc être signalée.

 

Avec le réchauffement des températures, les moustiques sont de plus en plus présents en France. Ces insectes sont vecteurs de maladies, qu’ils transmettent en piquant successivement un hôte contaminé et un hôte sain. Ainsi, des virus rarement vus ou inconnus en France font leur apparition sur le territoire.

Dans le sud, c’est la fièvre de West Nile qui sévit. Dans le Haut-Rhin, depuis peu, c’est le virus Usutu qui a été mis en évidence.

 

En une dizaine de jours sur une même commune, une vingtaine de merles et passereaux ont été retrouvés morts. À l’autopsie, ils présentaient une augmentation anormale de la taille du foie et de la rate. Les oiseaux atteints sont faibles, prostrés et, comme pour la fièvre de West Nile, ils souffrent de troubles neurologiques : désorientation et ataxie (manque de coordination des mouvements).

 

Découvert en Afrique du Sud en 1959, c’est la première fois que le virus Usutu est rencontré en France. Très proche de la fièvre de West Nile, ce virus est moins pathogène chez les mammifères, mais fait des ravages chez les oiseaux.

 

Afin d’agir vite pour comprendre et contrer ce virus, le réseau Sagir (surveiller les maladies de la faune sauvage pour agir) demande à ce que toute mort suspecte chez les oiseaux leur soit signalée. Si vous constatez une mortalité anormale chez les oiseaux de votre lieu de vie, contactez un vétérinaire et alertez-le de la situation pour qu’il puisse faire remonter l’information.

Source: //www.soigner-son-animal.com/actualites-61-virus_usutu_une_nouvelle_menace_plane_sur_les_oiseaux_de_france.html

 

Pour contacter le réseau SAGIR:

 

SAGIR est un réseau de surveillance des maladies de la faune sauvage.
La surveillance repose sur un réseau d’observateurs de terrain, principalement des chasseurs, des techniciens des Fédérations départementales des chasseurs et des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

 

Pour contacter un interlocuteur technique SAGIR, cliquer ici:

 

//www.oncfs.gouv.fr/Reseau-SAGIR-ru105/Contacts-SAGIR-ar1176

 

Source: ONCFS