Des grives aux merles

Des grives aux merles

Chasse de jadis dans les Alpes de Haute Provence, les lecques.

Belle découverte que ce blog: "Corbières - Alpes de Haute Provence ".

Tout entier consacré aux Alpes de Haute Provence en général et au beau village de Corbières en particulier, l'auteur, Christian REMY y aborde des aspects aussi divers et variés que la géographie, l'histoire, la faune, les personnages historiques régionaux, etc... sans oublier une très belle collection de cartes postales anciennes illustrant Corbières sous tous ses aspects.

Pour toutes ces raisons et pour ce qui va suivre, ce blog mérite bien plus qu'un détour.

Je tiens à remercier ici Christian REMY qui m'a aimablement autorisé à publier un extrait d'un article de son blog.

 

 -<>-

 

Le texte ci-dessous est tiré  du chapitre 2 consacré à quelques aspects de la vie dans les Alpes de Haute Provence au début du XXe siècle, dont  un article particulièrement intéressant consacré à la chasse et à la pêche.

L'extrait qui suit traite de la chasse à la lecque ou tendelle, mode de chasse aujourd'hui  interdit (il survit encore et à grand peine dans l'Aveyron et en Lozère).

Les auteurs de l'article sont  Lucien et Maryse MOST.

RG

 

 

...La chasse aux grives constituait dans nos régions un fait de société et un appoint de revenus parfois fort important. Il s’agit presque uniquement bien sûr de la chasse à la lecque. La lecque est une pierre plate tenue par quatre bâtonnets en équilibre instable, ce que nous montre la photo.

Les grives, attirées par des grains de genièvre, bousculent les bâtons et restent prisonnières sous la pierre rabattue. La chasse aux lecques, qui ne nécessite aucun investissement sinon de bonnes chaussures pour faire le tour des pièges pourrait remonter au paléolithique. Peut-être un jour la découverte d’une grotte locale, comme à Lascaux, nous livrera une chasse à la grive peinte à l’ocre ou au noir de fumée au milieu de bisons, d’ours ou d’antilopes.

D’après une tradition orale, Louis XIV aurait accordé le privilège de poser des lecques à l’époque d’une grande disette, privilège renouvelé jusqu’au début du siècle où il se transforma en simple tolérance.

Les chasseurs posaient leurs lecques dans des quartiers, parfois loués à la commune au cours d’une adjudication aux enchères.

Nous avons vu dans les villages les quartiers de lecques importants, qui allaient jusqu’à plusieurs milliers de pièges, particulièrement au Lauzet, à Pontis, à Revel, à Auzet et à Barles.

Cette chasse exigeait un permis, que personne ne prenait. Il fallait donc se méfier des gendarmes. Les femmes cachaient les grives dans des poches cousues sous leurs jupes, au milieu des fronces très amples de la taille. Les gendarmes, en effet, ne fouillaient pas sous les jupes des femmes! Malgré la règle d’or exigeant le respect des lecques d’autrui, malgré les cartouches chargées d’ers parties vers quelques postérieurs, les tentations étaient parfois bien fortes. Il fallait donc souvent aller relever les pièges et même un bon marcheur n’en visitait pas plus de trois à quatre cents par jour.

Les anciens nous ont tous raconté les pleins sacs portés au Lauzet chez MM. Brun, Tron ou Bosse, à Barles chez Milon Faure, à Verdaches chez Angelin Reynier, et bien d’autres qui les expédiaient sur Marseille.

Vendues suivant la saison entre deux et cinq francs, elles nourrissaient parfois une famille, permettaient d’acheter un cheval ou un mulet et payaient tout le superflu. Les grives figuraient à l’affiche de tous les restaurants locaux et au menu des jours de fête des familles de la région. Nous ne résistons pas au plaisir d’indiquer notre recette.

Les grives sont évidemment des siffleuses au genièvre étouffées sous la lecque et non tuées au plomb. Vos grives plumées et flambées, bardez-les non vidées et introduisez à l’intérieur une brindille de thym, éventuellement un ou deux grains de genièvre si vous n’avez trouvé que des chachas ou des césaires. Faites-les rissoler dans une cocotte pendant 10 à 15 minutes avec deux gousses d’ail non épluchées. Assaisonnez. Dressez-les ensuite sur des tranches de pain légèrement rôties imbibées du restant de cuisson et en étalant sur le pain l’intérieur de la grive. Normalement, vous ne laisserez que les pattes et le bec!

Dans la région d’Auzet et Barles, on nous a parlé de grives prises au piège métallique à ressort, accroché par une ficelle dans les viornes ou les genévriers. Un chasseur nous a même dit qu’après un passage important vers Auzet, les grives prises aux pièges étaient tellement nombreuses qu‘ils allaient les cueillir aux arbres comme les prunes à un prunier.

Le même grand chasseur de grives avait posé quelques pièges à ressort près de la route du Fanget et il voulait les relever malgré une foulure au pied qui lui faisait porter béquilles. Empêtré dans la neige profonde, il n’entendit pas arriver la patrouille des gendarmes. Ceux-ci, obligeamment, firent le tour de ses pièges, moyennant la moitié des grives ramassées, pour fêter dignement l’anniversaire du brigadier.

Depuis le début du siècle, une règle internationale prohibait la chasse à la lecque, qui était toutefois tolérée dans nos contrées, grâce à une action virulente des élus bas-alpins. Depuis 1983, la réglementation européenne a fait son œuvre : les pièges sont interdits. Quelques anciens annoncent donc des jours sombres pour la jeunesse, qui n’ayant plus l’aiguillon des lecques pour courir la montagne, s’avachit désœuvrée dans les bars, en attendant bien pire! Nous livrons ce bon argument à nos hommes politiques, pour qu’ils exigent le retour au régime de tolérance. Si d’aventure au cours d’une balade vous trouvez quelques pierres plates en équilibre instable sur quatre bâtonnets, ça ne peut en aucun cas être des pièges à grives puisqu’ils sont prohibés… Mais repassez tout de même par hasard une ou deux heures après, car on ne sait jamais.

 

 

Tendelle.jpg

 

 

 

Sources:

Le blog: https://christianremycorbieres.wordpress.com/

L'article:  https://christianremycorbieres.wordpress.com/category/les-alpes-de-haute-provence/



24/08/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres