Des grives aux merles

Des grives aux merles

L'appeau d'Ecouille, qu'en a-t-on fait?

Membre distingué du blog "des grives aux merles", Christian G. m'a aimablement communiqué le texte qui suit.

Utilisateur talentueux d'appeaux de toute sorte, sous-secrétaire-adjoint du Chilet's Band d'Alès-en-Cevennes, il souhaitait que toute la lumière soit enfin faite sur une expression populaire qui trouve son origine  dans les traditions cynégétiques les plus anciennes.

Je lui cède donc la parole.

RG

   

 

appeau-grive-merle-tp_1645416252996952135f.jpg

 

 

 

Voilà donc la très véridique histoire d'une expression connue de tous, mais très souvent mal orthographiée...

 

  

Par un beau jour d'automne 1820, le duc de Mirnouf, passionné par la chasse mais frustré par le maigre gibier qu'il ramenait de ses pérégrinations forestières, imagina qu'il devait être possible de fabriquer un outil apte à lui faciliter la tâche et rendre plus plaisante sa traque des animaux.
Il convoqua tous les artisans de la contrée pour mettre au concours la concrétisation de cette idée et leur laissa deux mois pour fabriquer le plus inventif et le plus efficace des appareils.
A peine une semaine plus tard, un marchand du nom de Marcel Écouille,  se présenta au château clamant à qui voulait l'entendre qu'il possédait ce dont le duc rêvait. Il obtint sans peine une audience auprès du noble seigneur et s'empressa de lui faire la démonstration de sa merveille.
Devant une assemblée dubitative mais curieuse, il sortit de sa poche un minuscule sifflet (un appeau) et le porta à la bouche pour produire un son  strident qui aussitôt imposa le silence parmi les personnes présentes.
A peine quelques secondes plus tard, des dizaines d'oiseaux de toutes sortes s'étaient approchés et virevoltaient autour de lui, comme attirés et charmés par cette étrange mélodie.
Le duc imagina sans peine le profit qu'il pouvait tirer d'un tel accessoire lors  des ses futures chasses. 
Il s'éclaircit la gorge et ne prononça qu'une seule phrase :
 - Combien cela va-t-il me coûter?
Marcel Écouille, sûr de lui, répondit qu'il accepterait de se séparer de son objet en échange de la moitié de la fortune de son interlocuteur !

Cette requête fit sourire l'assemblée mais le duc garda tout son sérieux et accepta la transaction.
La nouvelle fit grand bruit et se répandit vite bien au delà des limites du duché.

Un marchand avait vendu un sifflet pour une somme astronomique au Duc qui en paya le coût sans broncher.

  
Ainsi, cette anecdote a subsisté dans la langue française pour qualifier les objets hors de prix : "ça coûte l'appeau d'Écouille" et non pas "la peau des couilles".

Un peu de culture, ne peut pas faire de mal.  

N'oublions pas : la culture c'est un peu comme la confiture, moins on en possède plus on l'étale....

 

 

flute01.jpg

 

 -<o>-



17/09/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres